Des nouvelles de Syrie

03 novembre 2007

Dernières nouvelles

Bonjour à tous et à toutes. Après une année passée en Syrie, nous sommes définitivement rentrés en France. Nous n’avons donc plus d’informations à vous faire parvenir sur notre mission, qui est clôturée.

 
Merci à vous, qui nous avez suivi durant cette année. Grâce aux statistiques disponibles, nous savons qu’une dizaine de personnes se connectent chaque jour à notre blog, et la plupart d’entre eux sont des visiteurs ponctuels, qui cherchent des informations sur la Syrie, la vie en Syrie, fiançailles et mariages syriens, habitudes culinaires… Nous espérons donc que les informations que vous trouvez sont satisfaisantes ! Si vous êtes futur touriste syrien, et que vous avez peur de la situation (surtout des pays voisins) soyez sans crainte ! Et visitez ce pays, profitez de l’hospitalité des personnes rencontrées ! Dans 10 ans, ce ne sera plus tout à fait pareil, le touriste sera accueilli en tant que.. Touriste à $$ et non en tant que simple étranger comme c’est encore le cas dans de nombreux endroits.

 Après ce petit mot d’adieu et de remerciement, voici de nos nouvelles, les dernières probablement que nous mettons sur ce blog.

 

Fidesco avait quelques pistes de mission pour nous, notamment à Nairobi, au Kenya, où nous aurions enseigné dans l’université. Ca n’a pas été facile pour eux de pouvoir trouver un poste pour nous accueillir un an (finir notre mission de deux ans), et en plus aménagé pour que Claire puisse finir sa grossesse… Mais compte tenu de l’avenir de Thibault, il était clair pour eux comme pour nous, que notre nouvelle mission de parents étaient d’accompagner Thibault en l’entourant au maximum de notre amour.Qui sait, nous repartirons peut-être d’ici quelques années, mais pour l’instant, Ralass, nous nous posons en France!

 Nouvelles fraîches de Syrie.

Voici quelques nouvelles que nous vous partageons :

A Dar Basile, le Tourisme continue d’être enseigné. Ce sont des jeunes retraitées qui ont pris la suite de Claire et François pour assurer les cours, et continuer d’enseigner la langue française aux étudiants. Le département business à repris les cours… ce jeudi 1er novembre ! Pour mieux se mettre en phase avec les demandes des entreprises et des étudiants, le planning a été revu sur 14 mois. Les étudiants de la première promotion ont reçu leur diplôme durant le mois d’octobre lors d’une cérémonie au ministère du travail en Syrie.

François a fini sa mission Fidesco, mais continue en Syrie : il est à Damas où il perfectionne ses connaissances en arabe.

Bertrand est rentré en France, et continue dans le tourisme, il suit des cours en alternance de licence pro à l’institut de la Rue Monsieur, et travaille dans l’organisme de voyage CLIO : il réalise des tours et des circuits sur mesure à ses clients.

Les points cœurs continuent leur mission au cœur de Téléphone Hawaï. Il y a eu beaucoup de nouveaux enfants durant l’été qui ont pu grâce à elles, bénéficier d’attentions et de tendresse. Elles restent les seules françaises en mission de coopération dans la ville d’Alep.

Une mission Fidesco devrait voir le jour à Damas, en relation avec les organisations internationales pour l’accueil de réfugiés irakiens et palestiniens.

 Un dernier merci pour vos mails de soutien.

 A bientôt, inch’allah !
 
Claire et Jean-Baptiste MAYER

Posté par cjbmayer à 12:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


21 juillet 2007

Des nouvelles, sacrés nouvelles

 

Chers amis,

Voici un petit bout de temps que nous ne vous avons pas donné de nos nouvelles. Nous ne vous avions pas oublié, rassurez vous !!! Nous voulions vous donner des nouvelles fraîches (ou plutôt très chaudes, venant d’ici)

 

 Tout d’abord, que nos parrains ne s’inquiètent pas, notre troisième rapport missionnaire est quasiment terminé… Vous le recevrez donc dans les prochains jours pour occuper vos soirées d’été.

St_Sim_on_et_Ain_Dara_002

 

 Lors de notre dernier message nous vous annoncions la venue des parents de Claire. Ils sont restés une semaine à Alep, pendant la période la plus chaude, mais nous avons quand même bien profité de leur présence et nous leur avons fait découvrir un visage de la Syrie, à travers des rencontres et des visites.

 

La fin d'une mission.

Suite à la visite de notre correspondant de mission de la Fidesco, au mois de Juin, l’association, Mgr Jeanbart, et nous avons choisi d'un commun accord de mettre un terme à notre mission. En effet, Fidesco et nous avions répondu à un appel, et aujourd'hui les besoins  de Mgr Jeanbart  ne correspondent plus à l'aide que Fidesco peut lui apporter.


 Il n’est pas facile de mettre fin à un projet qui nous tient à cœur, et nous avons quand même beaucoup de points positifs à retirer de cette expérience : le travail de Claire avec des élèves de milieu aisé lui a permis de leur communiquer certaines valeurs qu’ils n’avaient pas : le respect des autres et l’ouverture à d’autres milieux sociaux que le leur … etc.

Notre présence était également un témoignage. Nous avons essayé de montrer aux syriens qu’ailleurs ce n’est pas forcement l’Eldorado, et qu’ils peuvent faire des choses dans leur propre pays.

Nous avons également beaucoup partagé avec nos voisins, noué des relations avec les étudiants, professeurs, commerçants, et plus généralement avec ce peuple amical qu’est le peuple syrien.

divers_052

Avec Maen, devant la citadelle

 

    Notre départ est un peu triste pour l’institut, pour les élèves, pour FIDESCO et pour nous. Nous espérons que la partie Tourisme de l’institut trouvera des professeurs syriens qualifiés qui pourront continuer l’an prochain à enseigner le français sans l’aide des coopérants et que le département Business aura à sa tête un bon manager.

 
A présent, deux possibilités s’offrent à nous :


            - Soit FIDESCO peut nous proposer une autre mission. Nous attendons à ce sujet une réponse de Fidesco d’ici mi-août

- Soit FIDESCO n’a pas de mission à nous proposer, auquel cas nous nous réinsérerons dans la vie sociale et professionnelle en France


Avant de quitter la Syrie, nous organisons une petite soirée d’adieu dimanche soir, pour pouvoir dire au revoir à tous nos amis.

Quoiqu’il arrive, notre aventure Syrienne, par ses rencontres et la découverte de la culture arabe, restera gravée à jamais dans nos mémoires.

Nous vous tiendrons bien entendu informés de la suite de nos péripéties via ce blog.


Ce message vous surprend sans doute car nous n’avions pas évoqué ces points dans nos précédents posts. Nous avons attendu avant de vous en parler car nous aurions aimé effectivement vous annoncer en même temps notre future destination. Aujourd’hui nous n’avons pas de réponse à ce sujet et comme notre retour en France avance à grand pas, il nous semble très important de vous en informer.

 

 

divers_040

 
                                                                                            Alep au choucher du soleil


A bientôt, en union de pensée et de prière.

 

Claire et JB

 

 

Posté par cjbmayer à 23:53 - Commentaires [3] - Permalien [#]

25 juin 2007

Châteaux

Bonjour à toutes et à tous. Après un mois de silence, nous reprenons le clavier pour poster un nouveau message. Que s’est-il passé depuis un mois ?

En Tourisme, les élèves ont fini leur stage et passé leurs examens : pas de surprises concernant la correction, les notes reflètent le travail effectué (certains exams facile, comme la communication, de 2 à 18 ..) Les épreuves de guidage ont bien occupé Claire et Bertrand début juin, révision avec les étudiants en visitant les sites ; maintenant Claire connaît la citadelle et la grande mosquée par cœur, le souk des cuivres, le bimaristan, le quartier djeidé, …

En business, les étudiants ont maintenant fini les cours ; ils ont néanmoins obtenu une rallonge d’un mois pour rendre le projet annuel. Nous sommes trop gentils, l’an prochain, il faudra être plus sévère sur pas mal de points. Il leur reste un examen à passer, et après, espérons qu’ils se mettent à bosser à fond sur ce projet, n’ayant jamais fait de mémoire ou d’exercice similaire durant leurs études, sûr que pour eux c’est dur !Sur_la_plage_de_Kassab

Le titre du message est « châteaux ». En effet, le WE dernier, nous avons crevé notre bugdet en louant une voiture pdt 2 jours(30€/jour, kms illimités) pour sortir de la ville après avoir été enfermé pdt 3 semaines pour cause d’examens (les élèves avaient des épreuves orale le dimanche et écrites le samedi). Nous sommes partis à Kassab le premier jour, ou nous sommes retournés sur la petite plage sympathique que nous avions déjà visitée en septembre dernier, puis le lendemain, avons visité les châteaux de Marqab, Qalaat al Khaf et apperçu le château de Maysaf. Le premier, Marqab, est une masse impressionnante en basalte noir, en restauration actuellement (il refont les joints entre les pierres avec … du ciment blanc !; mais avec la raffinerie de Lattaquié en dessous, dans 10 ans, ils seront noirs). Le second, Qalaat al Khaf, vaut le détour. Détour car pour y accéder, c’est 45 minutes de route étroite et sinueuse, en Qalaat_al_Khafpassant dans divers hameaux, et dans la verdure, et au bout de la route, encerclé par des collines, on arrive au château, duquel il ne reste pas grand-chose. QG des Assassins, une secte musulmane du XIème siècle qui entre autre, était connue pour fumer du Haschisch. Ce château a tenu bon jusqu’en 1816, détruit par les ottomans menés par l’aventurière anglaise Lady Hester Stanhope. Cela reste un havre de paix, car aux alentour, c’est la nature, pas de bruits.. que c’était agréable !Le dernier, Maysaf, est joli de loin, dominant sa ville, mais pour nous sans grand intérêt de visite , et il était temps de rendre la voiture.

La semaine qui vient, les parents de Claire viennent nous visiter : nous leur feront découvrir notre quotidien.



A bientôt !

JB

PS: de nouvelles photos disponibles dans l'album "Monuments et visites"

 

 

Posté par cjbmayer à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mai 2007

Mai

Non rassurez vous nous ne sommes pas morts !!!

Voici maintenant un petit bout de temps que nous n'avons pas mis a jour notre blog. Beaucoup de travail ces derniers temps nous ont empêché de vous donner des nouvelles.

Tout va bien pour nous sous le soleil de Syrie. Le temps a enfin décidé d'être plus clément. Après quelques jours de très grosse chaleur au début du mois de Mai, les températures sont redescendues et le temps est très agréable. Environ 28 degrés dans la journée, et la nuit 18 a 20.

Ce week-end nous avons fait un petit tour à la Hard (à coté de Homs en Syrie), ou il y a une jeune famille coopérante DCC (Olivier et Virginie et leur un petit garçon de 2 ans), dans un centre qui s'occupe entre autre d'accueillir des handicape. Olivier, qui a une formation dans le vin, doit mettre en place, la cave et la production de vin du domaine. Cette production doit a terme assurer la rentabilité du centre de formation des handicapes. Virginie quand a elle travaille au centre d' handicapés et donne la bas des cours de cuisine. Ils ont tous les deux une belle mission malgré les difficultés qu il rencontre, dont certaines sont sans doute liée a la culture puisque nous nous heurtons souvent au même.Moi_de_Marie_06

Le mois de mai est aussi le mois de marie. Dans le quartier chrétien d'Alep, cela est vécu d'une manière assez particulière. Beaucoup de femmes font un voeu, une prière, un demande à la vierge Marie et s'habillent d'une robe bleu avec une ceinture blanche pour ressembler à la vierge Marie. Bien sur, il ne s agit pas uniquement de portement le vêtement de la vierge, elles vont également au chapelet et à la messe tous les jours du mois de mai. Certaines, font également un voeu à Sainte Rita (la patronne des causes désespérés), le principe reste le même. Le soir à l’heure de la messe, les rues se remplissent et nous avons l’impression de croiser des religieuses.

Pour les étudiants de tourisme, les cours sont finis. Ils préparent actuellement les examens de fin d'année... Repos pour Claire ? Pas vraiment, il y a bien sur la correction des rapports de stage et il faut également organiser des examens blancs pour préparer les étudiants à la terrible épreuve de guidage.

Pour Jean-Baptiste, l’année se finira que le 7 juillet. Il reste donc encore pas mal de travail, surtout que les étudiants commence seulement a vraiment se lancer dans leur projet de fin d'étude... hum hum ! Pas mal de rendez vous en perspectives. Il faut par ailleurs assurer le recrutement pour l’année prochaine.

Nous vous souhaitons à tous une bonne continuation et bon courage a ceux qui passe des examens ou des concours

Claire et Jean Baptiste

 

Posté par cjbmayer à 09:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 avril 2007

Le Mouhafazat d’Idleb à moto

Nous avons profité des premiers (enfin) beaux jours du printemps pour aller faire un petit tour à moto dans la campagne syrienne. JB avait cette idée en tête depuis longtemps !!!
Lors d’une visite d’entreprise, il demande à un de ses élèves, Maen, si il savait où on pouvait louer des motos pour un week end. Maen, est aussitôt enthousiasmé par l’idée et se charge de l’organisation de notre week-end de A à Y (le Z reste pour JB quand même…) François et Bertrand, les autres coopérants d’Alep, nous rejoignent pour cette équipée. Maen est originaire d’Idleb, village (enfin une petite ville) à 1 heure et 70 kms en Bus d’Alep. Il déniche 2 motos auprès de ses amis pour un week-end (c'est-à-dire Vendredi et Samedi car Maen est musulman et ses amis utilisent leurs motos pour aller travailler tous les jours) En_moto
Nous partîmes vendredi 20, après une matinée de travail pour une journée et demie de randonnée à motos. Précisons que aucun de nous 4 ne maîtrisait la conduite de ces engins à vitesses. Maen, nous présente Nabil, un ami à lui, qui sera notre guide pendant ces 2 jours. Nos débuts à moto dans Idleb ne sont pas fameux mais nous arrivons assez vite à maîtriser les engins (au moins JB et François qui conduisent pour le début). Direction des grottes, absentes de tous les guides touristiques mais connues des habitants de la régions, ou plutôt des habitations troglodytes, où au dire de notre guide Nabil, les premiers chrétiens se seraient réfugiés pour échapper aux persécutions romaines. Au passage, nous traversons des villages, où notre équipée, 3 motos, conduites par des étrangers suivis d’une voiture remplie de syrien suscite une certaine curiosité !! Petite parenthèse, la moto est, en Syrie, le moyen de transport du pauvre, quand on a pas assez d’argent on achète une moto pour transporter toute la famille (Entre 3 et 5 personnes, bébés compris sur l’engin) (Il faut 1000$ pour une moto ttes options et 500$ pour une moto standard, de marque JUNDA bien sûr  ) Dans le dernier village que nous traversons, Maen emprunte une échelle en bois aux villageois, car les grottes sont en hauteur et pour pouvoir y accéder, soit on escalade à la syrienne, soit on utilise une échelle. Notre équipée est bientôt suivie par la moitié du village. En effet, ces grottes, ne sont pas visitées tous les jours par des 20_21_avril_Moto_Idleb_011étrangers… Aux dires de Maen, nous étions les premiers à y pénétrer….
La visite des grottes était émouvantes et le lieu grandiose. Et c’est reparti, sur un chemin de terre pour rejoindre Idleb. Bertrand s’essaie alors à la moto. Nous croisons un campement bédouin, et des habitations dans ce coin un peu reculé. Bien entendu la voiture continue de nous suivre…. Nabil, pas toujours certain de l’itinéraire, demande souvent son chemin. Nous nous retrouvons ainsi à emprunter à contre sens l’autoroute Alep Lattaquié en construction depuis de nombreuses années (heureusement !!!) Bien après la tombé de la nuit nous arrivons à Idelb, et Maen ainsi que toute sa famille nous invite à manger chez eux. Après avoir été fumer un Narguilé dans un petit restaurant, la sœur de Maen nous invite chez elle pour dormir.
Nous avons pu encore une fois goûter à l’hospitalité syrienne… Faire plaisir, juste parce que le fait qu’on soit heureux leur fait plaisir !!! Il faut aussi beaucoup d’humilité pour accepter que ces gens nous reçoivent comme des rois. Ainsi Zena, nous a laissé sa chambre et pour aller dormir avec sa mère. Le lendemain, notre guide Nabil vient nous chercher à 9 heures pour aller faire le tour du Djebel Zawiyé. Et c’est reparti pour des paysages magnifiques dans les oliviers, encore 1 petite panne (il y en avait eu 2 autres la veille). La moto permet une liberté que les transports en commun aussi nombreux soit-ils de permettent pas. On va où on veut, quand on veut, on s’arrête et repart selon notre bon plaisir.

Nous alternons les traversées de villes mortes, abandonnée en ruine et des villages bien vivant, peuplé de jeunes enfants. Claire eu un grand succès lorsqu’elle pris le guidon de la moto. Ce sont surtout les hommes qui conduisent les motos en Syrie. A la rigueur, les femmes conduisent quand elles sont seules mais l’homme ne laissera jamais le guidon à sa femme… ce que Jean-Baptiste fit. Dans un village, un homme engage la conversation, en demandant à comment cela se faisait qu’elle savait conduire… elle lui répondit avec un malin plaisir que c’était très facile. (C’est elle qui a, de nous quatre maîtrisé l’engin le plus rapidement….  Là elle s’envoie des fleurs !!!) 20_21_avril_Moto_Idleb_059
Le soir retour à Idelb, rouge comme des banadoura (tomates), le casques étant une option plus que facultatives, nous ne les avons pas portés bien longtemps, car ils étaient pas du tout adaptés à nos têtes, ni à nos arrêts fréquents. Un grand merci à Maen et à Nabil, de nous avoir permis de réaliser ce petit voyage et de nous avoir accompagné et fait découvrir des merveilles ignorées.

Posté par cjbmayer à 17:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]



16 avril 2007

Après Pâques

Bonjour à tous et à toutes. Après les rameaux, à la fin de la semaine sainte, des processions ont eu lieu à Alep le vendredi saint. Contrairement à ce qui ce fait ce jour-là en France (Chemins de croix, tristesse, …) en Syrie c’était la grosse fête, à la messe grecque catholique, on lisait les derniers instant du Christ, puis une procession a eu lieu, avec le tombeau du Christ, pour son « enterrement ». Mais comme nous savions qu’il allait ressusciter, Vendredi_Saint_Procession_Maronite_avec_le_Christle peuple pouvait acclamer sa gloire et faire éclater sa joie (voir photos de l’album « Vie ma ville ») De notre balcon, nous avons pu assister à ces processions sur la place Fahrat enfin rénovée. Nous avons même invité 2 touristes, les points cœurs, Bertrand et François, des coopérants de passage à Alep avec leurs parents, … en tout une vingtaine de personne pour profiter du point de vue.


Vendredi soir, nous sommes ensuite partis sur Damas, avec François et Bertrand… en train de nuit ! Couchettes très confortables pour 315LS par tête (4€50) , 7h de trajet (4h30 en bus), un peu fatigués à l’arrivée mais une demie journée de gagnée pour visiter Damas. A Sham (autre nom de la ville, signifiant « Soleil »), nous retrouvions une maisonnée de la communauté de l’Emmanuel venu passer la semaine sainte au Liban et en Syrie, dont Charlotte, membre de l’équipe Fidesco. (Au passage, merci pour les saucissons, les plaquettes de chocolat et le fromage qu’elle a eu la gentillesse de nous ramener) Au programme, visite de Sham (une première pour nous) guidés par Bertrand, enfin je dis visite, mais nous avons visité surtout des cafés et des restaurants à cause de deux goinfres dont nous ne citerons pas le nom (petit dej1 à 7h30, petit dej2 à 9h, petit dej3 à 10h, dégustation de fruits confits dans le souk à midi, repas mezzés à 14h…)  il y a de grands appétits.
paques_089

Damas est vraiment différente d’Alep : de grandes avenues, périphérique,  de hauts immeubles, entourée de montagnes -d’où nous avons pris le crépuscule s’abattant sue la ville- c’est la capitale quoi. A coté, Alep fait figure plus sympathique de ville –pardonnez moi- paysanne, avec ses petites rues, ses immeubles de 5 étages maximum… Nous avons quand même pu visiter le palais Azem, endroit magnifique, les souks, et l’église de Saint Ananie, celui-là même qui baptisa St Paul et lui rendit la vue. Le soir, nous avons assisté à la Vigie Pascale à l’archevêché Maronite de Damas, où Mgr Samir Nassar nous a accueillis et rencontré (ami de Charlotte et François). C’est étonnant de voir la pauvreté de cet évêché maronite, qui est obligé de refuser des vocations faute de pouvoir assurer à de nouveaux séminaristes et prêtres de quoi vivre ! Par rapport à la communauté d’Alep, bien plus nombreuse et plus riche, c’est là-bas que les Chrétiens d’Orients sont en souffrance.
Le dimanche, après une messe en Français – chants en Latin (comme ça fait bizarre de comprendre les textes, l’homélie, se retrouver dans une ambiance de prière francophone après 7 mois de messes en arabe), direction la Mosquée des Omeyyades de Damas. Impressionnante. Après avoir laissé nos amis s’en retourner au Liban pour attraper leur avion, été voir le coucher du soleil sur Sham, fumé un narguilé dans un café où officiait un conteur des 1001 nuits, dîné dans un restaurant bédouin, et bien sur passé la nuit à l’hôtel, nous voilà partis le lundi pour Bosra, ancienne capitale de région, possédant un magnifique théâtre romain découvert il y a un siècle sous des tonnes de sable  englouti par le désert et les siècles. 2h de service « hop-hop » (car sur les routes et les bosses, ça fait hop, hop, hop-hop), 3h de visite, 2h de bus pour retourner à Damas, puis 4h30 de bus vers Alep… on ne plaindra plus des 3h30 de TGV entre Paris et Marseille .
Retour ensuite à la vie, train train quotidien, cours de Français pour Claire, organisation de séminaires pour JB, ….
A bientôt !

Posté par cjbmayer à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2007

Bientôt Pâques

 

Voilà un petit bout de temps que nous n’avons pas mis à jour notre blog…Non pas qu’il ne se passe rien dans notre vie mais qu’au contraire, elle est bien occupée et du coup nous n’avons pas le temps de vous en faire part.

 

La mission continue

 

Pour les étudiants de tourisme, le deuxième stage approche (début le 23 avril) et la fin de l’année aussi (les examens commence le 25 mai). Les beaux jours revenant, et une certaine fatigue se faisant sentir (Ils n’ont pas vraiment eu de vacances depuis le début de l’année), les esprits ont parfois un peu de mal à se concentrer. Il faut donc redoubler d’ingéniosité pour proposer des activités attractives.

Les étudiants de business quand à eux travaillent toujours autant mais leur projet de fin d’étude n’avance pas forcement très rapidement. Il faut dire que leurs journées de travail sont parfois bien remplies, à cela s’ajoute les cours et les séminaires avec souvent qu’un seul jour de week-end…

A propos de séminaire, ce week-end a été encore Alep_a_v_lobien occupé pour eux (et pour nous du coup) car un séminaire Finance et Economie Internationale était organisé. Au programme, une conférence sur….. le vendredi soir (très intéressante), et le samedi, un cours sur toute la journée sur…. Un grand merci à Mr Jacques Pelletier qui à apporté ses connaissances et son expérience au service du département.

 

Du 16 au 25 Mars avait lieu les journées de la francophonie. A cette occasion, les étudiants de tourisme de l’institut se sont mobilisés pour présenter en français l’institut Saint Basile ainsi que leur programme d’étude, et ont organisé un tour à bicyclette dans Alep qui a été un réel succès malgré la qualité médiocres des vélos utilisés, ces derniers étant assemblés en Syrie !!! (Beaucoup de crevaison et de chaînes cassées pour des vélos neufs). L’initiative a drainé des français (expatrié, VIE, ou coopérant) mais aussi beaucoup de syriens…

Les beaux jours revenant, nous en avons profité le dimanche 25 mars pour aller voir le Qalaat Salah ad Din…ou château de Saladin. Cette forteresse Franque (contrairement à ce que son nom indique est construite en pleine nature, dans un paysage magnifique  de myrtes et de chênes kermès. (Vous trouverez bien sur les photos dans notre album photos).

Vous allez sans doute nous demander, si c’est une forteresse franque pourquoi s’appelle t-elle le château de Saladin ?

En fait ce château ne doit rien au grand homme de guerre Musulman sinon qu’il en fut son conquérant. Cette citadelle est tout entière l’œuvre des Francs. C’est même la plus vaste de celles qu’ils ont construite durant leur présence en terre sainte.

 

Chateau_de_Saladin_053Situé à 50 km de Lattaquié, l’état général du château est assez ruiné mais le cadre tellement enchanteresque et la construction tellement imposante qu’elle vaut le détour. L’un des points le plus impressionnant de ce château est le défilé creusé à main d’homme afin de séparer par un fossé, le château de la montagne.  Au milieu de ce défilé trône un extraordinaire pilier monolithique de 28 m de haut qui servait de point d’appui pur le pont-levis.

Les 500 000 m3 de roches dégagées lors du creusement de ce ravin furent utilisé pour construire le château. Comme d’habitude nous avons utilisé les transports en commun, ce qui fait que pour couvrir la modeste distance de 140 km entre ce château et Alep, il nous a fallut à l’aller comme au retour plus de 4 heures mais aussi l’occasion de découvrir le mode de vie des syriens et de se rapprocher d’eux.

Le carême touche à sa fin

Dimanche, c’était le dimanche des rameaux. Après la messe, les chrétiens des différents rites se rassemblent sur la place Fahrat (juste en dessous de notre balcon) pour une petite procession, avec fanfare. Les enfants portent des bougies et ils agitent des rameaux.

Après la messe à l’archevêché Grec Catholique, très belle messe, chantée et difficile à décrire où nous n’avons pas compris grand-chose (comme d’habitude), nous sommes allés sur notre balcon afin d’observer la procession de haut…

Ici, quand on est chrétien on le montre… les jeunes gens sont fier de mettre un rameau dans la poche de leur veston pour montrer leur appartenance religieuse.

La semaine sainte va continuer ici, rythmé par les offices et les processions. On nous a raconté qu’à cette occasion touts les chrétiens sont dans la rue. De plus, hasard du calendrier cette année, la fête de Pâques Catholique et Orthodoxe tombe le même jour… Mais cela fera l’objet d’un autre message.

 

A l’occasion de Pâques nous aurons quelques jours de vacances (du Jeudi Saint, jusqu’au Lundi de Pâques). Samedi, dimanche et Lundi nous prévoyons d’aller à Damas, pour fêter Paques avec des membres de la communauté de l’Emmanuel, qui viennent en Syrie. Une occasion sans doute de partager sur notre mission et de découvrir la capitale du pays que nous n’avons encore jamais visité.

 

Bonne semaine sainte à tous et bonne fête de Paques

 

Claire et JB

Posté par cjbmayer à 18:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 mars 2007

Un week-end à Raqqa: Résafé et Qalaat Jaber

 

 

 Ce week-End, nous avions envie de changer d’atmosphère, de laisser la ville d’Alep à ses klaxons, travaux, vendeurs ambulants et autres camions assourdissants pour prendre une bouffée d’air frais sur les rives de l’Euphrate. Chantal, une coopérante DCC kiné dans un centre d’handicapés, dont nous vous avons déjà parlé, est justement en mission à Raqqa, ex-petite ville provinciale et somnolente, qui depuis 5 ans subit un exode rural exponentiel !Raqqa_047

 

 Départ donc samedi midi, avec Bertrand, depuis la gare de bus « Garage Hanano ». Prix du ticket de bus : 90LS, soit 1euro 30, pour faire 180km en un peu plus de 2h. Dans le bus, comme à l’accoutumée, on nous distribue verres d’eau et bonbon, pour faire passer le magnifique film égyptien, sûrement primé au festival du film béotien d’Alexandrie. A Raqqa, nous retrouvons Olivier, Virginie et leur petit Augustin, coopérants DCC à Al Harde, ainsi que Stéphane, « apprenti moine » ;)  DCC à Mar Moussa (chargé des projets agricoles).

 

La colloc’ de Chantal, Majda, nous attendait, avec 2 énormes plats –dont je compléterai le nom lorsque je m’en rappellerai- composés de poulet, riz aux épices, amandes, piments, raisins sec… dont notre appétit gargantuesque à 15h30 n’a pas entamé plus de la moitié. (En Syrie, si l’invité arrive à finir le plat, c’est que l’hôte ne l’estime pas assez, en l’occurrence, on peut penser Majda nous estime énormément !!)

 



A la fin de ce repas - vers 18H – nous partîmes vers l’hôtel ( Lazaward Hotel, 00963 22 21 61 20 pour ceux qui veulent y séjourner, pour 1200 LS les chambres sont propres et silencieuses, et c’est l’un des rares hôtels de Raqqa) , pour prendre possession de nos chambres et y poser nos affaires. Là, nous retrouvions Simon et Thomas, copains d’Alep, enchantés de venir faire une virée à Raqqa entre français. Après une promenade nocturne dans Raqqa et la visite du centre de kinés pour handicapés moteur qui reçoit principalement des IMC, nous retournions à l’hôtel pour y visiter son restaurant, ma foi fort sympathique.

 

Après une bonne nuit reposante sans clocher maronite ni klaxons, ni travaux, nous sommes partis à 9h bien tassées pour visiter la région : Résafé et le lac Assad.

 

Résafé n’est pas une ville morte, comme on en trouve sur le massif calcaire Aleppin. Faite de gypse (roche blanche translucide à l’éclat gras, composée de Sulfate de Calcium, Ca SO4, 2 H20, elle se forme naturellement par évaporation des mers, et on en forme artificiellement en mélangeant de la chaux avec des fumées pour les désulfurer –et oui, on reste ingénieurs de l’école des mines qd même) et d’argile, les vestiges de cette immense ville fortifiée (400 x 500 m) aux portes du désert sont vraiment magnifiques.

Raqqa_010

 

On dit que Résafé pourrait être la Réçeph de la Bible (2 rois, 19 ;11-12 « Tu as appris ce que les rois d’Assyrie ont fait à tous les pays, les vouant à l’anathème, et toi, tu serais délivré ! Les ont-ils délivrés, les dieux des nations que mes pères ont dévastées, Gozân, Harân, Réçeph et les Edénites qui étaient à Tell Basar ? » et Isaïe 37 ;12).

 

Au cours du IIIe siècle après J.C., l’empereur romain Dioclétien fait bâtir une ville fortifiée, pour les caravanes, sur l’ancienne route commerciale qui relie Damas à l’Euphrate (via Dmeir et Palmyre). Après la prise de Doura-Europos par les perses sassanides en 256, Résafé est la nouvelle frontière entre l’ouest romain et l’est sassanide. La ville devient célèbre en 305, après le martyre de Serge, soldat romain convertit au christianisme et exécuté pour avoir refusé de sacrifier à Jupiter. Après la reconnaissance officielle du christianisme par Milan en 313, Serge est vénéré comme un saint et sa tombe attire de nombreux pèlerins. Sa renommée est si grande à la fin du IVe siècle que la ville est rebaptisée Sergiopolis. On construit de nouveaux remparts, ainsi qu’une basilique et d’immenses citernes destinées à approvisionner en eau 6000 hommes pendant un an ! Sous le règne de Justinien (527-565) la cité atteint l’apogée de sa prospérité. L’empereur y fait remplacer les murailles de terre par des murailles de pierre, et lance un vaste programme de construction à l’intérieur de la ville, afin de luter contre la menace Sassanide.

 

En 616, la ville est mise à sac par les Perses sassanides conduits par Khosrö II. Au VIIIe siècle, après la conquête de la Syrie par les musulmans arabes, le calife omeyyade Hisam restaure en grande partie la ville et y fait construire un palais. Mais Abbas, fondateur de la dynastie abbasside en 750, le détruit entièrement. Malgré un ter

Raqqa_060

rible séisme vers la fin du VIIIe siècle, la ville n’est pas dépeuplée mais a perdu sa prospérité d’antan. Il semble qu’une petite communauté chrétienne ait coexisté avec les musulmans jusqu’au XIIe siècle, époque à laquelle sa population a considérablement diminué. Après les invasions mongoles, Résafé se vide de ses habitants. Au cours des siècles suivants, les sables du désert reprennent leur place et protégèrent ainsi jusqu’à notre époque ce qui reste de l’antique cité.

 

Après avoir déambulé dans les ruines, être descendu dans les citernes cathédrales et exploré chaque grain de sable, nous rejoignîmes notre chauffeur, pour aller pique-niquer sur les bords du lac Assad, dans le Qalaat Jaber.

 

Les travaux de construction du barrage sur l’Euphrate commencèrent en 1963 et finirent dix ans plus tard. Le barrage est une proRaqqa_080uesse technique : 4500m de long, 500m de large, 41 millions de m3 de sable et de graviers… le lac Assad, créé par ce barrage, mesure environ 80km delong, 8 en moyenne de large et possède un capacité en eau de 11,9 milliards de m3 ! Il a été construit pour répondre aux besoins croissant en électricité de la Syrie, permettre d’irriguer de vastes parties du désert et de les cultiver et de réguler le débit de l’Euphrate pour empêcher les inondations. 8 énormes turbines et déversoirs devaient produire 1,1 MWh à plein rendement, et les eaux d’irrigation devaient transformer 640 000 ha de désert en terres cultivables. Hélas, la construction de barrages turcs sur l’Euphrate en amont de celui-ci a quelque peu diminué le débit de l’Euphrate et donc le rendement de la centrale hydroélectrique, et l’irrigation intensive de parcelles de désert après avoir donné de magnifiques prés d’herbe verte, a provoqué en de nombreux endroits d’importantes remontées de sel qui ont rendu les terres stériles et incultivables pour de nombreux siècles.

 

Le QaalatRaqqa_095 Jaber est un château du moyen-age musulman. Avant la création du lac, le château défendait un important point de traversé de l’Euphrate. Occupé successivement par la tribu locale Beni Noumeir et le sultan seldjoukide Malik Shah en 1087, il est pris par les croisés au début du XIIe siècle et passe sous le contrôle du comte d’Edesse. En 1149, il est repris par Nour-el-Dine qui entreprend d’importants traveaux de reconstruction. Il passe aux mains des Ayyoubides jusqu’aux invasions mongoles du XIIe siècle, puis il est abandonné. Ses murs ont subit une récente restauration anachronique, L’intérieur du château est un amas de ruines, et un grand minaret en briquRaqqa_097es (de style mésopotamien) est l’unique vestige de la mosquée qui occupait ce lieu.

 

Cela ne nous a pas empêcher de trouver un petit point de vue agréable sur le lac, pour déguster, en bons français, un repas composé essentiellement de foie gras (merci StéphanRaqqa_099e), arrosé d’un ptit vin apprécié par le jeune Augustin J , et terminé par l’excellent gâteau de notre amie Chantal. De retour à Raqqa, en visitant la porte de Baghad, seul lieu historique de la ville, nous avons pu comprendre ce que subissait Chantal quotidiennement dans cette ville peu touristique de campagne : des étudiants sont arrivés par dizaine et nous regardaient comme des bêtes curieuses : le touriste blanc est une denrée rare dans cette contrée !

 

Après une petite messe grecque catholique (Deux églises dans la ville, pour 250 000 habitants, nous sommes ici en terre musulmanes) ou les femmes mettaient un voile en dentelle blanc ou noir sur les cheveux pour aller communier, retour en bus E.T. sur Alep, compagnie avec laquelle nous avons droit, pour la somme modique de 90 LS, à des bonbons et à une petite bouteille d’eau minérale.

 

Un grand bravo si vous avez lu tout le message jusqu’ici, nous avons donné des informations culturelles et pratiques pour faciliter la venue en Syrie des globes-troteurs. En effet, la saison touristique débute en ce moment, jusqu’à juin, le temps sera clément et les températures idéales pour visiter le pays.

 

Un long message à taper, avec le bruit des travaux dans les oreilles, (nan, pas encore fini).

 

 

 

A bientôt !

 

 

 

(Source des informations historiques : Guide Footprint Syrie-Liban)

 

 

Posté par cjbmayer à 12:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 février 2007

Week-end syrien...

Nous prenons la plume pour vous raconter notre week-end pas très reposant d’ailleurs mais tellement riche.

 

Le département Business organisait en cette fin de semaine un séminaire sur la communication. A cette occasion, une professeur du Cerfal (Paris) est venu à Alep pour réaliser une intervention pratique, le samedi, devant les étudiants du Business concernant la rédaction et la présentation des dossiers professionnels (Ils pourront mettre en application direct ces conseils lors de la rédaction de leur rapport sur leur projet de fin d’étude), et le dimanche soir une présentation sur la communication et la négociation interculturelle en entreprise. L’organisation des séminaires incombe en grande partie à Jean-Baptiste…autant dire que ces derniers temps il n’a pas arrêté.

 

Claire ne s’est pas ennuyée pour autant. Le samedi, une sortie pédagogique dans la ville d’Alep était organisé pour les étudiants de tourisme par Mame Marcel (Professeur d’Histoire) afin de leur donner quelques conseils pratiques sur le guidage touristique. Claire les a accompagnés…Ils ont parcouru à pied la ville et ses monuments de 9 h du matin à 14 h 30…ça fait du sport tout ça.

Le dimanche matin, elle a profité des conseils de Mame Marcel pour s’improviser guide touristique pour Mame Stéphanie Prot (L’intervenante pour le séminaire Business…) Vous suivez toujours.

 

Mais la journée du dimanche ne s’arrête pas là. Nous avons été invités aux fiançailles d’une étudiante arménienne du département tourisme. La communauté arménienne est très nombreuse à Alep. La plupart d’entre eux ont fuit leur pays lors des génocides arméniens et se sont installés en Syrie. Très bien intégrés à la société syrienne, ils gardent cependant leur propre langue, traditions…et se marient entre eux….

La fête des fiançailles, pour cette communauté est presque aussi importante que le mariage. Il y avait environ 200 invités (A coté nous étions peu nombreux à notre propre mariage).

Fian_ailles_001

Tout d’abord les fiancés échangent une alliance, (l’alliance qui servira pour le mariage…cependant elle est mise, en attendant cet évènement, à la main droite) en signe de promesse de mariage, chez les parents de la demoiselle devant la famille seulement. Puis les amis viennent à la maison pour féliciter les nouveaux fiancés, ce que nous fîmes avec les étudiantes de l’institut également invitées et les autres coopérants (nous étions sans doute un peu gauche car nous ne connaissons pas trop les coutumes). Puis les invités partent pour le restaurant - arménien - (Il est alors 22 h 30) et attendent l’arrivé des fiancés.

23 h 30 : ça y est ils arrivent…et la fiancée découpe alors un énorme gâteau au moyen d’un sabre…Impressionnant !

Le repas et la soirée peuvent alors commencé. Danse orientale garantie toute la nuit !...Allez faire un petit tour dans l’album photo pour vous donner une idée de cette soirée.

 

Nous n’avons pas assisté jusqu’à la fin car Claire, travaillait exceptionnellement le lundi matin (Elle remplaçait un professeur absent). Ça tombait mal quand même. Le réveil a été un peu dur.

Pour sa part JB est allé visiter une grosse entreprise alépine avec Mame Prot qui repart pour la France ce soir…

 

Nous vous souhaitons donc un bon carême, vu que nous sommes entré dans ce temps lundi dernier (Et oui ici, il n’y a pas de mercredi des cendres mais un lundi des cendres même chez les catholiques de rite latin).

Posté par cjbmayer à 16:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 février 2007

صورة شمسية بيئة جوار

Bonjour à tous et à toutes ! Kifkon ?

Sergilla___St_Simeon_Rando_024

Je ne sais pas comment est le temps chez vous, mais ici un certain redoux s’installe et dans la journée, qd il ne pleut pas, il fait vraiment bon ! (tout relatif qd même, comme dans toute ville orientale, les rues sont étroites et orientées le plus possible Est-ouest, ce qui nous oblige, si on veut prendre le soleil en ville, à aller dans les parcs publics)

Et comme les jours rallongent, on se sent vraiment mieux, on profite de la clarté naturelle jusqu’à 17h30 environ (même si le soleil se lève à 5h00 ici, nous préférons rester dans notre lit et rater le lever de soleil..)

 Nous avons toujours des anecdotes à vous raconter… par exemple, hier, nous cherchions un logiciel pour corriger des photos (du style Picture it ! 9, idéal pour redresser les photos et corriger les yeux rouges en 10 sec, et Panorama Maker, que nous avions légalement acquis avec notre appareil photo, mais dont le cd est resté en France, et le programme perdu à cause de notre panne de disque dur - voir message de fin décembre). Nous allons donc chez notre revendeur informatique, qui propose tous les logiciels à 60LS (1€, le prix du cd, de la pochette et du papier imprimé pour faire joli), mais nous ne trouvons pas ce que nous cherchions (Non, nous n’avons pas besoin de Windows Vista, de Office 2007, Photoshop Cs, Corel Draw, etc… ) Par contre – anecdote- comme nous lui avions dit que nous étions ingénieurs, un homme nous pose la question suivante : « Je suis un artiste sculpteur, et j’aimerai réaliser des Muqarnas»  A5375_70

                                        Facade of entrance arcade, Shah Mosque.

                                               Photo courtesy of www.booh.com

(Les Muqarnas (Mocarabes en castillan) sont les nids d'abeille en stuc peint qui dégringolent des pans de murs élevés dans les salles des palais nasrides. Ils sont fréquents dans le monde musulman et proviennent de Perse au XIe siècle, puis furent diffusés en Syrie et en Égypte le siècle suivant
http://fr.wikipedia.org/wiki/Muqarnas et
http://en.wikipedia.org/wiki/Muqarnas )
,

« vous êtes ingénieurs français, vous pouvez m’expliquer comment je doit faire… » Il avait en effet trouvé des exemples de sur des sites Internet en français et avait un livre de tourisme écrit en français qui parlait de ça. (Ca me fait penser à un sketch de Frank Dubosc : « Tu sais diriger des hommes? » - « Oui, je sais, effectivement…, ça fait partie de mes compétences, enfin je veux dire, je suis français ») Nous avons essayé de lui expliquer que nous sommes ingénieurs, certes, mais que ce n’est pas notre domaine, et qu’il ferait mieux de contacter un spécialiste des constructions du Moyen Orient, un archéologue ou un architecte. Comme quoi, nos écoles d’ingénieurs françaises ont vraiment une renommée mondiale !

 Pour tous ceux qui se posent des questions sur la sécurité en Syrie, nous nous sentons parfaitement en sécurité ici. L’édition française du journal National qui passe tous les jours à 20 h à la télévision est plus que rassurant. La chaîne d’état fait tout pour qu’aucune mauvaise nouvelle n’arrive aux oreilles des téléspectateurs… A les entendre, notre pays a tout ce qu’il faut pour se défendre et tisse de très bonnes relations avec la moitié des pays de la planète… C’est sûr qu’en allant consulter les informations sur Internet, l’idée n’est pas tout à fait la même mais cela ne se ressent pas dans la vie de tous les jours. Les gens vivent au jour le jour sans trop se préoccuper de l’avenir, un peu plus qu’incertain dans cette partie du monde.

Il est vrai que vos médias peuvent donner une image d’insécurité en Syrie, à cause de ce qui se passe chez les voisins, mais en réalité, le pays est très calme, il y a peu de vols, pas de violences, d’oppression, pas de voitures qui brûlent comme dans le 93…

Nous allons même réaliser un sondage, en coordination avec notre évêque,  à destination des Touristes européens sur le thème « Quel est votre ressentit sur la sécurité lors de votre séjour en Syrie ? ». Nous sommes certains du résultat, mais nous aurons des chiffres… (et pour une fois, on parlera d’autre chose que de Ségo et Sarko dans un sondage :p )

 

Bon dimanche à tous !

 

Claire et JB

 

Posté par cjbmayer à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »